Publié le 16 mai 2011

Dafalgan ou cocaïne ? Deal ou escroquerie ?

Parfois la prohibition a de « bonnes mauvaises » raisons de nous raconter des histoires. La dernière a été relatée dans la DH de samedi dernier (14/05/2011) à la rubrique « Faits divers », une de mes préférées de ce grand journal d’investigation. « Un individu a été interpellé dans le carré à Liège pour détention de 11 boulettes que l’on pensait être de la cocaïne », dixit la DH.

En fait il s’agissait de Dafalgan proposés à la vente par un individu. Il a été déféré au parquet de Liège pour escroquerie. Si l’on en croit l’information donnée par la DH, à prendre avec des pincettes tout de même, le jeune homme se retrouve donc avec une citation accélérée à comparaître devant le tribunal correctionnel pour tromperie sur la marchandise. Pas pour pratique illégale de la pharmacie ou de l’art de guérir comme on aurait pu le supposer d’un système cohérent. Non, il est poursuivi pour escroquerie.

Si l’on croyait encore à la légitimité de la prohibition en ce que l’esprit de ces lois vise à préserver la santé et bien cette fois-ci il faudra s’en remettre à l’évidence : la santé compte bien peu. Mais alors n’est-ce pas tout le système qui est une gigantesque escroquerie.

Source : DH

Réagir à cette brève

-->